Peintre émailleure

 Née à Lachine, Québec, Canada

« Au carrefour du feu et de la passion »

Pour cette grande passionnée de la nature et de l’art sous toutes ses formes, c’est à l'âge de 10 ans qu’un premier apprentissage artistique formel s'amorce, notamment en dessin, qu’elle poursuit avec rigueur chez les sœurs de Sainte-Anne. Se succèdent trois ans de fusain et cinq ans de peinture à l'huile, ponctués de cours en différents médiums. C'est là qu'elle découvre l'émail sur cuivre pour la première fois.

Dans le souci perpétuel de Lorraine Bouchard de s’ouvrir à de nouveaux horizons, elle s'inscrit, en 1970, aux cours du soir du Musée des Beaux-Arts afin de parfaire sa maîtrise du modèle vivant. Sa recherche artistique se poursuit au fil des ans jusqu’en 2001 où elle reprend des cours en émail sur cuivre et… c’est littéralement le coup de foudre!

L'année 2005 lui ouvre les portes d’une première galerie d'art et l’incite, un an plus tard, à quitter son travail pour consacrer tout son temps à ses œuvres. En 2007, sa rencontre avec la réputée émailleure ontarienne Fay Rooke est décisive. Celle-ci, au sommet de son art, lui fait découvrir de nouvelles techniques de travail. La même année, l’artiste fait l’acquisition d’un nouveau four pouvant accueillir des œuvres de grands formats.

En 2008, un fascinant stage à Limoges vient ajouter à son bagage de techniques d’émail et confirme sa polyvalence. Lorraine Bouchard se met à peindre des forêts, des portraits, la vie, la lumière....

Sur ses plaques de cuivre, Lorraine Bouchard opère sa magie en alternant les couches de poudre de verre et les cuissons pour en faire de fascinants paysages à l'image de son quotidien. C'est un art où feu et passion se conjuguent. Point culminant de différentes expositions, les œuvres de Lorraine Bouchard ont traversé l’océan jusqu’au Palais des Festivals de Cannes et au Carrousel du Louvre de Paris, où elle s’est elle-même rendue en délégation canadienne, sélection de la SNBA, en 2011.

L'émail sur cuivre est un médium peu connu. Histoire de mettre un peu de feu aux poudres, elle a choisi de l’enseigner. « Cet art est merveilleux, dit-elle. Il faut le faire progresser, expérimenter, le faire évoluer. Ce médium permet des profondeurs totalement inaccessibles en peinture. »

Lorraine Bouchard est une artiste professionnelle reconnue.

(RAAV)   Regroupement des artistes en arts visuels du Québec

(AIAP)     L’Association internationale des arts plastiques

(ES)       The Enamelist Society

(CMAQ)  Conseil des Métiers D’art du Québec

(AHA)     Artistes Hudson et Traitartiste

Même si le feminine du dictionnaire est ¨émailleuse¨, au Québec on aime émailleure et espérons qu’avec le temps ça changera.