Né en 1960, Denis vit et travaille à Montréal. Peintre intimiste il trouve ses sujets dans le théâtre à huis clos des relations humaines. C'est à la recherche de moments intimes privilégiés qu'il s'aventure dans cet affrontement avec la toile où sentiments et exigences esthétiques vont fusionner en toute liberté. Déjà au moment où l'esquisse commence, on découvre les scènes et les personnages en gestation dans son imaginaire.

Denis Desjarlais concilie la narration avec une vision analytique des émotions. Son travail s'immisce dans l'intimité de chaque facette des sentiments de
l'être. Toutes ces têtes pensent et toutes ces physionomies expriment un sentiment vrai.

Chaque personnage dégage une infinie douceur par leur puissant regard, ou l'âpre douleur par l'impression amère d'un terrible masque. C'est l'expression de la force, celle d'une vitale ardeur pour saisir ce monde fugitif. Ses scènes nous entraînent dans un temps arrêté où, comme en poésie, tout doit être dit en peu de mots, en peu d'espace. Des formes, des situations, des intentions murmurées et fugitives et un temps figé dans un espace limité (la toile) gardant la vigueur du mouvement. On croirait entendre les bruits de l'Action de la scène. C'est le règne de l'instant.

Ayant touché à la vidéo, l'installation et le livre d'artiste, Denis Desjarlais privilégie la peinture car c'est dans la spontanéité du geste que réside tout le mystère de la puissance de l'image.

Reconnaissances officielles, prix : 1er prix, Symposium de La Jeune Peinture, Baie-St-Paul, 1991.

Couverture-Média : Journal, Le Progrès, Mâcon, 1996 / Vie des Arts, Montréal, 09-1991 / Journal, Le Devoir, Montréal, 09-1991.