Marie-France Boisvert

Afficher en Grille Liste

1 article

par page
Par ordre croissant
  1. Santa Monica

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    Santa Monica
    Disponible
    3 474,67 $CA
  2. Wildwood

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    Wildwood
    Disponible
    3 474,67 $CA
  3. Novembre

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    Novembre
    Disponible
    5 496,85 $CA
  4. La volée

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    La volée
    Vendu
    4 653,19 $CA
  5. Les coeurs tendre

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    Les coeurs tendre
    Vendu
    4 827,14 $CA
  6. Bird set free

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    Bird set free
    Vendu
    4 827,14 $CA
Afficher en Grille Liste

1 article

par page
Par ordre croissant
Marie-France Boisvert

Native du Saguenay-Lac St-Jean, Marie-France Boisvert capitalise plus d'une vingtaine d'années d'expérience à travers son art en passant par la création de tableaux et de sculptures. En 1997, elle obtient un Baccalauréat en Design à l'Université Laval de Québec et en 2004, elle réachemine sa passion vers un autre Baccalauréat Interdisciplinaire en sculpture de l'Université du Québec à Chicoutimi. C’est finalement en 2008 qu'elle confirme sa démarche artistique avec l’obtention d'une Maîtrise en création à cette même université. Œuvrant maintenant à Montréal, Marie-France Boisvert continue avec la même ardeur d’accumuler prix, mentions et reconnaissances de ses pairs en exposant au Canada, aux États-Unis et en Europe. 

Je crée pour assouvir mon propre besoin d’exister…

La conception de mon travail tourne autour de l’idée de structure humaine comme lieu d’investigations émotionnelles. Je crée une translation entre le corps, le moi et l’autre, puis les autres et enfin l’espace. Le rythme composant l’œuvre se dissout, l’image s’effondre, sans toutefois perdre sa matérialité. La texture des tableaux commence à rejoindre la notion de sculpture; ce n’est plus de la peinture, ce sont des traces de passage, des éclats de lumière qui s’accrochent à la surface. Espaces et personnages transgressent la réalité formelle des perceptions et définissent l’enjeu de nouvelles perceptions.

Ainsi, l’immatérialité de l’image, sa régression vers l’informel, cherche à favoriser le déploiement de son sens de manière à permettre un rapprochement entre l’artiste et le regardeur. Dans mon processus de création, l’aspect de l’œuvre ne couvre pas l’interprétation. Le sujet s’impose, ses formes indéfinies jouxtant l’espace pour saisir l’infini.