Pierre Bédard

Afficher en Grille Liste

1 article

par page
Par ordre décroissant
  1. Un nid en Février

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    Un nid en Février
    Disponible
    1 100,24 $CA
  2. Gel et dégel

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    Gel et dégel
    Vendu
    1 126,33 $CA
  3. La limite

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    La limite
    Disponible
    1 126,33 $CA
  4. Bonheur d'hiver

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    Bonheur d'hiver
    Disponible
    1 126,33 $CA
  5. L'entrée du village

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    L'entrée du village
    Disponible
    1 643,84 $CA
  6. Le rose et le froid

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    Le rose et le froid
    Disponible
    1 178,52 $CA
  7. Les Caps verts

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    Les Caps verts
    Disponible
    1 448,14 $CA
  8. C'est un bouquet!

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    C'est un bouquet!
    Disponible
    1 891,72 $CA
Afficher en Grille Liste

1 article

par page
Par ordre décroissant
Pierre Bédard

Pierre Bédard est né en 1960. À l’âge de quinze ans, il était déjà trop tard pour reculer et modifier le cours du destin : Pierre Bédard venait d’être piqué par l’insecte qui transmet le virus incurable de la création artistique. Artiste un jour, artiste toujours !

Après avoir complété un cours professionnel en photographie, Pierre s’inscrit au cégep où il entreprend des études en arts plastiques qui le laissent sur son appétit. S’il n’a pas aimé l’enseignement des arts en général, il admet que les études lui ont apporté une connaissance globale de l’art et de la culture.

Ses œuvres contiennent une part de réalisme, mais un réalisme passé au tamis, remodelé, fantasmé “à la Bédard”. Il avoue avoir évacué depuis longtemps toute forme de raisonnement au profit d’une peinture spontanée, automatique. Une œuvre irréfléchie dans l’action mais qui n’en révèle pas moins une solide maîtrise de la couleur et de la composition.

Avec Pierre Bédard, la peinture se fait gourmande, gustative de par sa riche texture : “C’est comme un cuisinier avec ses épices. Et moi, des épices, j’en mets !”