Denis Nolet

Afficher en Grille Liste

1 article

par page
Par ordre décroissant
  1. Sur le coup de minuit..

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    Sur le coup de minuit..
    Disponible
    1 769,95 $CA
  2. L'hiver s'exécute

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    L'hiver s'exécute
    Disponible
    1 761,25 $CA
  3. Soir de bohème

    LES ARTISTES ET OEUVRES

    Soir de bohème
    Disponible
    1 769,95 $CA
  4. Denis Nolet- Nocturne

    vernissage

    Denis Nolet- Nocturne
    Vendu
    1 374,21 $CA
Afficher en Grille Liste

1 article

par page
Par ordre décroissant
Denis Nolet

Né à Québec en 1964, Denis Nolet amorçe, avec l’enthousiasme d'un passionné, des études spécialisées en expression picturale dès l'âge de neuf ans. Ces études l'amènent à expérimenter plusieurs styles d'expressions, pour ensuite se diriger vers la représentation minutieuse des scènes urbaines. Il obtient un vif succès par la vente de tableaux dans le Vieille Capitale, ce qui lui permet de pouvoir vivre uniquement de son art dès l'âge de 20 ans. Tout en produisant à un rythme régulier, il poursuit des études en arts visuels à l'Université Laval. 

Denis Nolet préfère le mystère de la nuit aux rayons du soleil, ce qui explique son penchant pour les couleurs qu'il utilise. Noctambule lui-même, c'est pendant que les gens dorment que l'artiste œuvre. Entre lui et le monde du sommeil se crée une complicité dont il sait tirer parti. Il adore exploiter ce moment où le rythme de la vie se ralentit dans la nature. Il peint un monde poétique dans lequel l'harmonie des formes baigne dans le repos et la sérénité. 

Technique 
Préférant le clair de lune au soleil, ses peintures sont des scènes saturées du romantisme de la nuit. Avec un pinceau évocateur à la manière de Seurat et une palette de teintes infinies, Denis Nolet crée un mirage de son milieu dans lequel il semble transformer la peinture à l'huile en tissu doux, lisse. 

Démarche 
“Mon Vieux-Québec a été mon école buissonnière, j’y ai plus appris que sur les bancs d’école. J’ai démaquillé les rues de ce qui les encombraient. Ce qui s’offrait à mon regard, c’était de l’universel urbain et un hymne à la nuit. C’était le catimini romantique et une certaine idée de la nature humaine. C’était beau.”